Apiacées

Petite Ciguë des moissons

Aethusa cynapium L. subsp cynapium f. agrestis (= Aethusa cynapium subsp. segetalis)

Dimanche 29 septembre 2013, par Wilfried Ratel - SNL // 1064. Flore du Lot.

Ballade ce samedi à la recherche du Spiranthe d’automne dans le nord du Lot, sur le causse Martel, dans le cadre de l’atlas des Orchidées de Lot.

Malheureusement, pas de Spiranthe observé.

Un champ cultivé à la couleur rosée par la présence de milliers de pieds de Galeopsis à feuilles étroites Galeopsis angustifolia sur la commune de Sarrazac a attiré mon attention et m’a permis de découvrir une plante de présence non confirmée récemment en Midi-Pyrénées : la Petite Ciguë des moissons. Cette plante a d’ailleurs été retirée de la liste des plantes messicoles de la région car les sources bibliographiques étaient douteuses (cf. pages 11 à 14 du document téléchargeable ci-dessus et présentant la liste actualisée de 2011). Plus de 50 pieds sont présents ici.

D’après le tome 1 des Ombellifères de France de Jean-Pierre Reduron, on différencie la forme agrestis de la forme cynapium par la taille de la plante (petite taille, < 20 cm pour la forme agrestis), la ramification ou non de la tige dès la base (tige ramifiée dès la base pour la forme agrestis), le diamètre des ombelles en début de floraison (svt <3 cm de diamètre pour la forme agrestis) et par l’habitat (essentiellement dans les moissons marno-calcaires pour la forme agrestis).

Quatre autres plantes messicoles d’intérêt patrimonial ont également été observées : la Passerine annuelle Thymelaea passerina (>100 pieds), l’Épiaire annuel Stachys annua (>100 pieds), le Torilis des champs Torilis arvensis, l’Euphorbe à larges feuilles Euphorbia platyphyllos (>100). Passerine annuelle Présence également de l’Euphorbe exiguë Euphorbia exigua, de la Cotonnière à feuilles spatulées Filago pyramidata, de la Germandrée botryde Teucrium botrys, de l’Euphraise tardive Odontites vernus serotinus

Épiaire annuel

La saison botanique n’est pas terminée !

Répondre à cet article