Limosella aquatica L.

Limoselle aquatique, une redécouverte pour le Lot

Scrophulariaceae

Lundi 7 janvier 2013, par Wilfried Ratel - SNL // 1064. Flore du Lot.

Voilà plus de 100 ans qu’on avait pas observé cette plante dans le Lot

Description (Flore de Coste) :


- Petite plante annuelle de 2-6 cm, glabre, gazonnante, stolonifère, sans tige
- feuilles toutes radicales, à pétiole filiforme plus long que le limbe, oblongues ou spatulées, entières
- fleurs blanches ou rosées, très petites, solitaires sur des pédoncules radicaux bien plus courts que les pétioles et plus longs que le calice
- calice en cloche, à 5 lobes courts, triangulaires
- corolle de 2 mm de diam., tubuleuse en roue, à tube court, dilaté et égal au calice, à limbe plan et 5 lobes presque égaux
- 4 ou 2 étamines presque égales
- anthères à 1 loge
- style court, à stigmate en tête
- capsule molle, ovoïde, dépassant le calice, à 2 loges incomplètes.

Répartition :

carte Tela Botanica

Cette plante est présente dans une grande partie de la France, très rare dans le Midi. Elle est en régression dans beaucoup de départements.

En Midi-Pyrénées, la Limoselle aquatique est connue de quelques stations de la zone Plaine des Hautes-Pyrénées et du Gers, en bordure d’étang. Cette espèce n’a pas été revue du Tarn-et-Garonne depuis au moins 1847 (Adrien Lagreze-Fossat, 1847. Flore de Tarn-et-Garonne, ou description des plantes vasculaires qui croissent spontanement dans ce département - Tome II - Des Stellatées (Rubiacées) aux Conifères. Ed. Librairie ancienne et moderne du Rethoré, Montauban, 183 p.)

Dans le Lot, la Limoselle aquatique a été citée la dernière fois par Camille Lamothe en 1906 : Plantes de la vallée de la Dordogne dans la partie appartenant au département du Lot - Comptes-rendus du Congrés des Sociétés Savantes de Paris et des départements tenu à Paris en 1906, 261-288. Timothée Puel mentionne cette espèce dans son catalogue en 1845 : Catalogue des plantes qui croissent dans le département du Lot, classées d’après le classement de Linnée, suivi d’une table analytique pour la détermination des genres et espèces. Publié en 6 fois de 1845 à 1853, Annuaire du département du Lot, 248 p.

La Limoselle aquatique a également été (re)découverte en 2012 dans les départements du Cantal (session extraordinaire de la Société Botanique du Centre Ouest) et de la Corrèze (W. Ratel).

Ecologie :

Formations herbacées basses, héliophiles, pionnières des rives sableuses, limoneuses ou vaseuses, temporairement exondées des étangs et des cours d’eau, sur substrats relativement acides.

Relevé phytosociologique effectué sur la station lotoise : W. Ratel, 16/08/2012 Bordure d’îlot de la rivière Dordogne, sur sol limono-sableux Surface : 4m² Taux de recouvrement de la strate herbacée : 70 %

Cyperus fuscus 3 Cypeurs eragrostis 2 Phalaris arundinacea 2 Limosella aquatica 1 Pycreus flavescens 1 Ludwigia palustris 1 Mentha arvensis 1 Polygonum hydropiper 1 Lycopus europaeus 1 Agrostis stolonifera 1 Eleocharis acicularis + Ranunculus penicillatus subsp. pseudofluitans (fo terrestre) + Oxalis dillenii + Echinochloa crus-galli + Chenopodium polyspermum + Rorippa sylvestris + Lysimachia vulgaris + Solanum dulcamara + Lythrum salicaria + Gnaphalium uliginosum i Polygonum minus i

Autres espèces des gazons amphibies proches du relevé : Lythrum portula, Isolepis setacea.

Au niveau phytosociologique, cette végétation se classe dans :

  • Classe : Isoeto durieui-Juncetea bufonii (Végétation pionnière riche en annuelles, hygrophile à mésohygrophile, des sols exondés ou humides, oligotrophes à méso-eutrophes),
  • Ordre : Elatino triandrae-Cyperetalia fusci (communautés hygrophiles méditerranéo-atlantiques à continentales, des sols inondables de bas-niveau topographique),
  • Alliance : Elatino triandrae-Eleocharition ovatae (communautés continentales des sols oligo- à mésotrophes),
  • Association : Cypero fusci-Limoselletum aquatica (association amphibie mésotrophique ; sur substrat limoneux légèrement enrichi en matière organique) ; association caractérisée ici par la présence de Cyperus fuscus, de Limosella aquatica, de Gnaphalium uliginosum et de Lythrum portula.

Ce groupement végétal est d’intérêt communautaire (code 3130-3) et il est déterminant pour les ZNIEFF en Midi-Pyrénées (code Corine Biotope 22.321). Il possède un intérêt patrimonial très fort et il est souvent composé d’espèces rares. Sept plantes de ce gazon sont déterminantes pour les ZNIEFF en Midi-Pyrénées : Lythrum portula, Limosella aquatica, Isolepis setacea, Polygonum minus, Eleocharis acicularis, Ludwigia palustris, Pycreus flavescens.

Statuts :

La Limoselle aquatique est protégée dans plusieurs régions françaises : Alsace, Basse-Normandie, Centre, Lorraine, Rhône-Alpes, Nord-Pas-de-Calais. Elle mériterait également d’être protégée en Auvergne, en Limousin et en Midi-Pyrénées.

P.-S.

Merci à Gilles Corriol du Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi-Pyrénées (CbnMPM) pour les indications apportées en ce qui concerne l’historique des observations de Limosella aquatica dans le Lot ainsi que pour la phytosociologie.

Merci également à Catherine Legrand pour m’avoir permis d’utiliser les dessins de François Bugnon présents sur le site des "serres de l’université de Bourgogne" (site:serres.u-bourgogne.fr).

Répondre à cet article