Gérer les lisiers issus d’élevages industriels

Mercredi 17 avril 2013, par Site Lot Nature - Admin. // 10 1. Lisiers et méthanisation

D’abord des souvenirs personnels

Quand j’étais jeune dans les années 1950, on allait en vacances près d’une petite ferme (on ne parlait pas encore d’exploitation agricole !) et le premier plaisir était d’aller rendre visite aux animaux divers élevés pour produire la nourriture des fermiers, le surplus étant présenté à la vente au marché de la sous préfecture voisine. 4 vaches, 1 cheval, diverses volailles, des lapins : on leur donnait de la nourriture, on les caressait, on les soignait etc…

On allait moins rendre visite aux deux cochons, qui dans leur petit enclos, pataugeaient un peu dans une boue malodorante au milieu des déchets ménagers. On se contentait de les voir de loin, en imitant leur grognements pour rire. L’odeur était infecte.

Par contre c’était un peu mouvementé lorsqu’on les tuait, malgré leurs cris aigus et horribles pour de jeunes enfants. Mais on ne boudait pas la nourriture dont ils étaient à l’origine.

Tous ces souvenirs pour imaginer ce que peut être l’odeur dégagée quand on épand les lisiers d’une porcherie industrielle :

on peut énoncer le probléme d’une façon plus brutale :

Comment gérer des flux de merde de porc importants dans le Lot

Vous pouvez lire ici et les textes des articles consacrés au sujet dans le Cercle de Gindou. Le premier dénonce les épandages, le deuxiéme propose une solution, la méthanisation.

Le Cercle de Gindou reprend donc l’annonce d’une réunion d’information et d’échanges à Dégagnac le 19 Avril :

Avec le concours de la Chambre d’Agriculture du Lot et de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Lot, le Conseil régional et le Pays Bourian ont le plaisir de vous convier à une réunion d’information et d’échanges sur le sujet qui aura lieu :

Le 19 avril 2013

de 9h30 à 16h30

à la Salle des fêtes de DEGAGNAC

Répondre à cet article