une semaine par an sans pesticides ?

Les alternatives aux pesticides se développent partout…sauf en France

…quand la réglementation européenne sert d’alibi

Mercredi 27 mars 2013, par anne kimmel // 6. Semences et pesticides.

Alors que les directives se multiplient dans tous les secteurs pour prévenir les moindres risques, certains domaines restent étrangement absents de cette réflexion.

J’ai assisté au printemps dernier, dans une commune proche de Cahors à une scène significative. 2 employés de mairie ont pulvérisé méthodiquement toute la place du village avec un désherbant chimique puis ils sont partis. Un car est arrivé, une trentaine de jeunes enfants sont descendus et se sont groupés sur cette même place en attendant de rejoindre leur cantine. Ils étaient encadrés par plusieurs adultes très attentifs. Savaient-ils que par simple contact, ces enfants dont ils prenaient visiblement le plus grand soin, risquaient de mettre à leur bouche et d’ingérer un produit hautement toxique ?

Il existe pourtant des solutions, reconnues et expérimentées avec succès, qui permettent de prendre soin de nos jardins et de nos potagers, de nos espaces verts publics et privés sans recourir aux biocides chimiques de tout poil ?

Saurons-nous comprendre à temps que toutes ces alternatives, pour se développer, ont besoin de soutien et d’un choix politique clair. Or, en France, c’est tout l’inverse qui se passe actuellement. Je vous transmets ci-dessous le message de Jean-François Lyphout, président d’Aspro-Pnpp :

“Notre association http://www.aspro-pnpp.org/ publie une étude réalisée en Europe concernant l’autorisation des Préparations Naturelles Peu Préoccupantes (PNPP). Contrairement aux dires du Ministère de l’Agriculture (DGAL), ce n’est pas la réglementation européenne qui bloque les Pnpp mais bel et bien ce même ministère qui peine à justifier l’injustifiable. Après le scandale de l’Amiante, le scandale des Pesticides : difficile de prétendre ne pas savoir… En espérant que vous aurez quelques minutes pour parcourir cette étude qui a reçu de nombreux soutiens et qui nous a été demandé par des membres de la "Mission commune d’information sur les pesticides et la santé" du Sénat et notamment Nicole Bonnefoy, rapporteur.”

Si vous voulez en savoir davantage, voici plusieurs documents complémentaires :

• Le communiqué de presse d’ASPRO-PNPP

Petit rappel : le terme de « Préparations naturelles peu préoccupantes » (PNPP) est issu de la Loi sur l’eau et désigne les préparations à base de composant naturel comme la prêle, l’ortie, la fougère, l’argile, le vinaigre blanc ou le petit lait. Utilisées pour renforcer la capacité des plantes, ces préparations prennent la forme d’extrait fermenté, de décoction, d’infusion ou de macération.

• Un article : “Les alternatives aux pesticides se développent partout… sauf en France” Par Sophie Chapelle (20 mars 2013) http://www.bastamag.net/article2988.html

• Un dossier sur la « Réglementation relative aux PNPP - Etat des lieux en Espagne, Autriche et Allemagne - Etude réalisée entre juin 2011 et décembre 2012 par l’Aspro-PNPP http://www.aspro-pnpp.org/wp-conten…

Aujourd’hui, ASPRO-PNPP fédère de nombreuses entreprises et associations, mais également des collectivités territoriales : villes, communes, parc nationaux, etc. (cf. plaquette jointe)

Le département du Lot, dépositaire d’un patrimoine naturel d’une grande diversité et visiblement désireux de le préserver, devrait sans hésiter et dans l’intérêt général, s’engager dans cette démarche “respectueuse de la nature et des êtres vivants”.

Contact : “ASPRO PNPP” - Association pour la reconnaissance des alternatives aux pesticides - 19 Montbreger - 23000 St LAURENT - Tél : 05 55 41 68 81 ou 05 53 05 28 44 - http ://www.aspro-pnpp.org - email : aspro.pnpp@gmail.com

P.-S.

J’ai trouvé sur un site belge dédié à la semaine sans pesticides http://www.semainesanspesticides.be/ un rappel bienvenu de l’origine du mot :

"Pesticide est un terme d’origine anglo-saxonne provenant du mot anglais " pest " qui signifie " espèce nuisible " et du mot latin "cide" qui signifie "tuer". Les pesticides sont des substances chimiques utilisées à vaste échelle contre les ravageurs des cultures, les animaux nuisibles, les herbes adventices, etc. Les herbicides, les insecticides et les fongicides sont des exemples de pesticides employés pour détruire des herbes, des insectes, des champignons. Mais dans les professions agricoles, ces substances sont plutôt appelées " produits phytosanitaires "…

Décidément, cette notion de nuisible mérite d’être interrogée. Au vu des résultats, il semblerait plutôt qu’elle engendre beaucoup de déséquilibres et qu’elle ne va pas dans le sens de la compréhension du vivant et de l’étroite interdépendance de toutes les espèces - êtres humains y compris. Mais nous aurons certainement l’occasion d’en reparler…

Répondre à cet article