La saga des platanes de Bégoux ( suite )

Les vieux arbres abattus se sont invités au Conseil Municipal du 25 Septembre

Vendredi 28 septembre 2012, par Site Lot Nature - Admin. // 903. Les alignements d’arbres le long des routes : D911 Bégoux : 36 Platanes abattus au 26 Septembre 2012

L’événement a été repris en première page de la Dépêche du 27 Septembre. On y lira le récit de l’interpellation directe, en pleine séance, par un conseiller municipal d’opposition, du Maire de Cahors, responsable reconnu de la menée résolue et muette, au pas de charge, des opérations d’abattage. En dépit de demandes répétées de report de l’opération, en provenance en particulier des associations de protection de la nature (A.P.N.) qui s’intéressaient à la faune Comme si on voulait vite faire le ménage de ce qui embarrasse et qu’on préfère ignorer parce qu’on est surpris de devoir gérer cette situation nouvelle et inopportune.

Les A.P.N. soulignaient qu’il était indispensable de respecter différentes étapes de la réglementation en cours dans ce type de projet avant de prendre une décision ; notamment inventorier la faune et de la flore cachées mais bien présentes leur semblaient un minimum quand on veut pratiquer les méthodes de l’écologie scientifique moderne type 2012.

Cet épisode s’inscrit dans une transition écologique qui a bien du mal à s’évader des traditionnelles postures de ce "théâtre d’ombre de développement durable" qui prospère dans les discours de nos élus. "Greenwashing" politique ?

Je relève avec amusement dans l’article du journal

On ne peut pas traiter l’écologie en 2012 comme en 1968.

Mais qu’appelez vous donc "écologie", Monsieur l’adjoint, déguisé ce soir en donneur de leçon ?

PNG - 1019 ko
Transition écologique : avant le sacrifice, les beaux platanes de Cahors Bégoux .

L’écologie scientifique est née bien plus tôt que l’écologie politique. Les deux ont leur valeur, mais sur le site Lot Nature c’est d’abord la première qui a droit de cité, pour donner plus de poids aux valeurs sociales véhiculées par la seconde.

Nous prétendons, sur le site, comme Francis Hallé que nous vous engageons à (re ?) lire, que les platanes sont des êtres vivants et non du mobilier urbain qu’on détruit et qu’on plante à sa guise, ce que vous allez faire. Nous affirmons qu’ils ont leur beauté propre, qu’ils ont jadis été plantés pour décorer les rues et les routes, suivant une tradition bien répandue dans le Midi et pour procurer aux marcheurs ordinaires un confort nécessaire face aux ardeurs du soleil estival. Toutes qualités que l’on retrouve dans l’allée majestueuse à l’entrée des mas du Midi. Ceux qui ne se rendent pas compte de tout ce plaisir sont bien déformés par la bagnole.

C’est la raison principale, je pense, de la colère de Monsieur Grindefer que je partage bien sûr.

De plus la période actuelle trépidante, même dans le Lot, occulte les facultés d’observation et de jugement de certains de nos élus et de nos compatriotes ; elle leur fait oublier que le feuillage des platanes représente un véritable milieu de vie (= le biotope) qui héberge une communauté d’êtres vivants, familiers ou rares (= la biocénose). Biotope et biocénose sont liés par de multiples interactions et forment ensemble un *écosystéme.

On emploie ce dernier mot à tout bout de champ et n’importe comment, ou on l’oublie très vite, n’est ce pas, Monsieur l’adjoint chargé de l’Agenda 21, stratège du développement durable. En autorisant la destruction à la va-vite de ces platanes, l’administration municipale a meurtri ou déformé une partie de la mosaïque de milieux urbains de la ville de Cahors. Le sol où les arbres s’implantaient, privé d’ombre, va donc nécessairement se transformer en un écosystéme différent où la vie d’autres plantes et d’autres animaux, familiers ou gênants, va s’installer d’abord et progresser si les conditions de lumière nouvelles sont favorables.

Observations ponctuelles à prévoir donc pour les naturalistes locaux et à mentionner.

P.-S.

Le concept d’ * écosystéme apparait en 1930, il est utilisé dans les milieux scientifiques en 1950 ; il n’est pas enseigné aux jeunes français avant 1970, je peux en témoigner.
.

Dans l’enseignement français, ce sont des apprentissages souvent non aboutis : voir les prestations télé, parfois piteuses, dans ce domaine, de certain(e)s de nos ministres, de l’Ecologie ou autres, à droite comme à gauche comme à EELV…..