Dans le cadre de la Semaine du Développement Durable

Journée au Jardin Bourian sur les insectes pollinisateurs

Jeudi 12 avril 2012, par Tineke Aarts // 106. Le Jardin Bourian

Texte : Jocelyne Bécé

Une trentaine de personnes ont été passionnées par les propos de Philippe Douault, ancien chercheur de l’INRA, spécialisé dans les insectes pollinisateurs. Rassemblées du côté de la bordure à papillons, près d’un hôtel à insectes créé par Philippe Douault, ce dernier a expliqué la vie de certains de ces insectes auxquels il a consacré une partie de sa vie.

Philippe Douault devant son hôtel à insectes au Jardin Bourian

Les osmies par exemple, insectes non agressifs, qui parfois s’installent dans les trous d’écoulement de nos fenêtres pour y bâtir leur cocon de terre. On peut les attirer au jardin en confectionnant des fagots de tiges de sureau, de canisses ou de bambous.

A chaque fin de saison, on prendra soin de nettoyer la cheminée intérieure avec une tige de fer par exemple. On peut aussi percer des trous de 6 à 10mm dans des bûches de bois, surtout pas de résineux.

Les différents matériaux attirent différents espèces d’insectes

Les chrysopes sont très utiles car grands amateurs de pucerons. Des pots de terre remplis de feuilles ou de paille leur conviendront pour nicher. D’autres encore sont d’immenses pollinisateurs dont les halictes (insectes fouisseurs auteur de petits tumulus de terre) et les dasypodes fouisseurs, nichant aussi dans le sol et qu’on peut voir voler en juillet et août. D’autres encore comme le xylocope, très actif adore la sauge sclarée.

Insectes sociaux

Les bourdons, dont on connaît 34 espèces en France, sont des insectes sociaux, très pacifiques qui vivent en colonies de 100 à 500 individus. Ils ont un rayon d’action plus important que celui des abeilles. Ils vivent dans le sol, creusant un couloir oblique menant à une chambre où se fait la ponte. Dans le nid, des cellules de cire sont consacrées au sirop concentré (mais qui n’a pas le goût de miel), au pollen et à l’élevage.

Les psithyres, proches des bourdons, opèrent comme le coucou ; ils pondent dans les cellules des bourdons, qui élèvent leurs larves mais, plus voraces, ces dernières consomment provisions et cire détruisant finalement le nid de leurs hôtes.

Petit Hôtel à insectes de Philippe Douault dans le stand de Jardin Bourian, le 31 mars à Gourdon

Insectes en voie de diminution en Europe

Tous ces insectes sont hélas en voie de diminution en Europe de l’ouest et P. Douault précise qu’ils ne font pas la différence entre une plante OGM ou pas. Devant le déclin des insectes pollinisateurs, certains industriels ont essayé de mettre au point des produits pour les attirer sur des cultures spécifiques ; mais P. Douault précise que les résultats n’étaient pas concluants.

Tineke Aarts, du jardin Bourian a expliqué le but de la bordure à papillons : présence de plantes hôtes, spécifiques pour la ponte des papillons et la vie de leurs chenilles ainsi que d’autres plantes, nécessaires pour que les papillons butinent.

Plusieurs menaces pèsent sur les abeilles

Michel Bétaille de la « ruche du Quercy* » a présenté un stand avec différents miels, pollen et autres produits de la ruche. Il a présenté la passionnante vie des abeilles mais aussi les inquiétudes des apiculteurs vis-à-vis de toutes les menaces qui pèsent sur leurs protégées : pesticides sur les cultures, OGM, frelon asiatique…

Ruche de Michel Betaille

Sur son stand, les regards étaient attirés par un cadre de ruche vivante, les ouvrières entourant leur reine sur les rayons de couvain.

Regards attirés…

La SCIC Initiatives Environnement de Gourdon, représentée par Anthony Cheval et Adrien Deneux a exposé les moyens de lutte contre le frelon asiatique, ce nouveau prédateur des abeilles.

Exposé de Adrien Deneux, stagiaire du SCIC Initiatives Environnement

Piégeage au printemps quand la reine cherche à fonder une nouvelle colonie. Pièges plus élaborés évitant de piéger d’autres insectes (voir photo).

Piège spécifique pour le frelon asiatique

Chacun ne regardera plus les petits insectes qui nous entourent de la même manière après cette session passionnante au Jardin Bourian**…

*Syndicat National d’Apiculture, Groupement de Défense Sanitaire des Abeilles du Lot

**Jardin Bourian à Dégagnac, près le plan d’eau ; visites libres à tout moment ou visites guidées sur demande ; les bénévoles sont présents tous les jeudis matin. jardinbourian@gmail.com

Répondre à cet article

1 Message

  • Journée au Jardin Bourian sur les insectes pollinisateurs 14 avril 2012 09:59, par Jean-Pierre Jacob

    Beauté de la Vie….
    Les pollinisateurs domestiques et sauvages ont droit à tout notre respect, comme tous les êtres vivants, animaux ou végétaux.

    D’où la nécessité de bien réfléchir avant de placer un piége…

    Comme pour les Vertébrés d’ailleurs.
    Remarque en direction des autorités préfectorales, des chasseurs et et des piégeurs et des associations de protection de la nature qui vont se réunir pour établir la liste des Vertébrés nuisibles du Lot.

    Attention aussi à notre regard en direction des espèces "exotiques" qui s’installent. La mondialisation, c’est aussi augmenter la facilité des transports. Ce qui nous a ramené le blé, le maïs et la tomate entre autres…

    Répondre à ce message