A propos de Vespa velutina, le Frelon asiatique

Un message de Jean Yves Wegner

Vendredi 10 février 2012, par Clément Menuet // 400. Faune envahissante : "Invertébrés".

Serait il possible de communiquer ce message à l’ensemble des adhérents de sentes et layons ou autres réseaux de connaissances.

J’ai effectué quelques recherches sur le net concernant le frelon asiatique. Nous sommes dans la région la plus touchée de France et cela va en s’empirant d’année en année.

En étudiant le cycle de vie de ce frelon, on s’aperçoit que nous pouvons agir individuellement contre ce fléau.

En effet, les nids construits dans l’année se vident de leurs habitants en hiver car l’ensemble des ouvrières et des mâles ne passent pas l’hiver et meurent. Seule les reines et jeunes reines se camouflent dans les arbres creux, sous des tas de feuilles, dans des trous de murs, etc … pour en ressortir courant février et commencer à s’alimenter.

C’est à ce moment que nous pouvons agir en disposant des piéges dans nos jardins ou sur nos balcons pour attraper ces futures fondatrices de nids : 1 reine = 2 000 à 3 000 individus

Pour fabriquer ces pièges, il suffit de récupérer des bouteilles d’eau minérale en plastique, de découper le tiers supérieur et de le retourner dans la partie basse, puis verser à l’intérieur 10 centimétres d’un mélange de biére brune, de vin blanc ( pour repousser les abeilles ), et de sirop de cassis.

Il suffit de laisser en place ces pièges de la mi février à la fin avril, après cette date les futures reines auront commencer à se reproduire.

Je vous joins 2 fiches pour illustrer mes propos. Merci de votre lecture et à vos pièges !!!! Amicalement

Jean Yves Wegner
PDF - 81.7 ko
Cycle du Frelon asiatique
PDF - 3.9 Mo
Affiche Frelon asiatique

Répondre à cet article

1 Message

  • A propos de Vespa velutina, le Frelon asiatique 11 février 2012 10:15, par Jean-Pierre Jacob

    On se fait plaisir en tuant une fondatrice à l’issue d’un piégeage, mais il faut savoir qu’on élimine simplement une éventuelle rivale à une autre fondatrice qui va ainsi trouver le terrain libre. Plus on lutte contre l’invasion, plus on maintient le frelon dans sa stratégie de défense, donc de multiplication. »

    On lit cette phrase écrite par Jean Haxaire, l’ entomologiste qui a découvert le premier le Frelon asiatique en France dans une interview donnée à la Dépêche ( 47) du 4 Janvier dernier sous le titre on n’est plus dans le rationnel.

    En effet on n’est plus aussi dans le rationnel quand on lit que des personnes font appel à grand frais à des entreprises de desintectisation au mois de novembre, lorsque les nids apparaissent à la chute des feuilles alors qu’ils ne contiennent plus de frelons asiatiques.

    Le site LN a fait le point dans un article d’aout 2010 en diffusant l’opinion des spécialistes du Museum. sur le piegeage. Apparemment Jean Yves Wegner n’a pas consulté les articles du Museum sur le Net.

    Répondre à ce message