Porte bois

genre Phryganea : les Trichoptères

ou porte pierre

Mercredi 11 janvier 2012, par Jean-Jacques Lacroix // 555. Les Insectes.

Ordre : Trichoptera

Famille : Phryganeoidea

Porte bois, porte pierre, portefaix, traîne bûche…ces larves sont bien connues des poissons et des pêcheurs.

Merci à M L Vieille pour sa ténacité et sa patience et à jean-pierre pour son intuition par laquelle je suis d’ailleurs passé ! Cet article constitue la réponse à la Photo mystère de Décembre 2011 suivie du complément indice.

C’est une surprise cette ponte tardive, au volume impressionnant (entre 1.5 et 2cm3) et qui malgré les fraîches températures arrive à maturité de ses œufs.

le 14 novembre

le 26novembre

le 1er décembre

Les larves ont toutes percé leur cellule mais l’enveloppe externe toujours intacte rassemble la couvée au bas du "cocon" par gravité.

La larve ou porte bois se protège très tôt (quelques jours après la sortie de l’oothèque) par un fourreau construit avec les matériaux disponibles, ici, micas dorés et quartz rose (ma chère ! ), extraite de l’eau à Laval de Cère !

IMG/flv/porte_bois2.flv

L’imago (insecte fini) (trichoptères) très proche des lépidoptères (deux pontes en photo en milieu de cette page) s’en distingue essentiellement par l’absence d’écailles sur ses ailes remplacées par des poils. La surprise aussi réside dans le volume de la ponte par rapport à sa dimension de quelques 2 à 3 cm. Cette ponte est gélatineuse et le volume est sans doute crée par le gonflement de l’enveloppe retenant l’eau de pluie ou de condensation (rosée) (?). Par lassitude, mais plus probablement par fragilisation de l’attache par l’eau de ruissellement sur la branche (la ponte est à l’abri de la pluie) l’enveloppe, au stade ultime, finirait par tomber dans la rivière si je ne l’avais récupérée pour l’immerger dans un récipient d’eau prélevée. Dès l’immersion, fuite en tous sens des larves qui semblent passer à travers l’enveloppe sans peine ; elles ont alors un à deux mm chacune.

IMG/flv/larves_dispersion2.flv

Les larves ont consommé en 5 jours une bande de 2cm, juste sous la surface de l’eau, du limbe de la feuille d’aulne. Ici une cousine proche des phryganes mais qui est un papillon, aux larves terrestres.

JPEG - 37.5 ko

JPEG - 46.4 ko

Quelques jours après, malgré le peu de matériaux disponibles (restes de la consommation du limbe de la feuille d’aulne) le fond du récipient est constellé de mini fourreaux (2 à 3mm refuges construits par les larves).

A suivre ? Merci de votre patience !

Répondre à cet article

1 Message