Développement durable dans le département du Lot : des évaluations à comparer.

La politique de notre conseil général lotois.

Samedi 17 décembre 2011, par Jean-Pierre Jacob // 200. Conseil Général : Développement durable. Espaces naturels sensibles.

Deux opinions récentes bien différentes, à méditer.

Auto évaluation du Conseil Général du Lot

"Le dossier du développement durable a ouvert la séance du conseil général hier. Par le nombre d’initiatives prises, le Lot serait selon Gérard Miquel , parmi les premiers départements de France".

Ainsi démarre l’article de la Dépêche, édition Lot du Vendredi 16 Décembre 2011

Il semble à la lecture de cet article que le Conseil Général du Lot semble particulièrement satisfait de la politique environnementale qu’il mène actuellement.

2011 Nouvelle évaluation annuelle et classement des 95 départements français du magazine La Vie

C’est une évaluation extérieure, ce palmarès 2011 de la Vie

Le 3 Novembre 2011, la rédaction de la Vie explique ainsi sa démarche :

nous continuons à affiner les cinq critères que nous avions retenus dès notre premier palmarès en 2007.

- traitement des déchets,

- conversion à l’agriculture biologique,

- développement des énergies renouvelables,

- amélioration de la qualité de l’air,

- préservation de la qualité de l’eau.

Mais, la grande nouveauté consiste dans le renouvellement complet de notre sixième critère, celui de la volonté politique

En visionnant la carte qui synthétise les résultats, notre cher département est à la 48 éme place sur les 95 départements analysés.

Plus inquiétant, notre département a été colorié en orange, nettement dans la catégorie Insuffisant.


On permettra au Lotois moyen qu’est l’auteur de l’article de s’interroger en face de ces deux visions contrastées de la politique environnementale du Conseil Général du Lot.

Au lecteur de Lot Nature de construire sa propre opinion, et au besoin de commenter ci dessousles différentes approches

P.-S.

A la lecture de l’article, on peut se réjouir de la première place commune du département voisin de l’Aveyron et du département de l’Ariège, qui comme nous, abrite un Parc Naturel Régional. Différence, le P.N.R. de l’Ariège est tout jeune.

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Une lecture complémentaire pour nuancer : les réactions de lecteurs de la vie devant le palmarès

    Certaines confortent mon expérience de la traversée d’une partie de l’Aveyron en voiture. JP

    Répondre à ce message

    • Le développement a déjà durement impacté (durablement) l’environnement dans le Lot ; les sédiments de la Dordogne sont caviardés de déchets (à longue durée de vie) dans les lits mineur et majeur ; chaque village est cerné par d’anciens (pas toujours très anciens) dépôts d’ordures en général sur du karst ou sur les pentes bordants ruisseaux ou rivières et, bien que recouverts de terre (ou de gravats non contrôlés), ils ressuent leur toxicité par l’eau de pluie directement dans les eaux de surface. Les nitrates (et autres chimies) domestiques ne sont pas traités par les stations d’épuration et vont rejoindre ceux produits par les Km² d’épandages de lisier porcin sur le karst au transit aquatique si rapide ! Les pesticides et herbicides (aux molécules souvent très stables)sont (au mieux) drainés par les nappes phréatiques(souvent par les fossés) vers les ruisseaux et rivières.
      Le moindre chemin est asphalté, les déviations, dévoreuses d’espace, se multiplient pour un charroi qui explose ne prédisent pas un avenir radieux ; solutions coûteuses, à l’impact dramatique, à des problèmes qui pourraient ne pas exister. Ce classement me parait un peu puéril mais le sixième critère (volonté politique)semble intéressant…Bref, sans éducation forte de nos enfants je suis et reste pessimiste.

      Répondre à ce message