Le paysan...

Une œuvre d’art

a fait le pays et c’est bien

Lundi 14 février 2011, par Jean-Jacques Lacroix // 12. Balades "Nature" dans le Lot.

Une œuvre d’art durable et qui va durer si personne n’y touche. Les murs en pierre sèche, nécessité matérielle de délimitation et fermeture des parcelles, nécessité matérielle de libérer l’espace sur le sol et stocker les matériaux, nécessité de soin à l’ouvrage pour valoriser le travail dans le temps, nécessité… mais aucune nécessité d’esthétique et pourtant !

JPEG - 612.1 ko
JPEG - 583.8 ko

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Une œuvre d’art 14 février 2011 13:11, par akha

    Magnifique. Merci. je suis sûre que certaines couches de roches en profondeur ont une structure et un rythme proche de ces murets. Dans mon potager, j’enlève chaque année de nombreux cailloux mais les tas que je forme sont nettement moins beaux. Et puis, ce n’est pas la même pierre, plus blanche, plus friable, Quercy Blanc oblige.
    En esthétique chinoise, utile et beau sont des notions identiques. Comme ici.

    Répondre à ce message

  • Une œuvre d’art 14 février 2011 22:45, par Jean-Jacques Lacroix

    Merci Akha de votre témoignage que je ne peux transmettre à l’auteur de cette œuvre d’art ; pour en discuter un peu je pense qu’on peut dire que les pierres mises en place alors, ont peu varié dans leur positionnement initial et pour vous rejoindre cet "opus" n’a pas été dicté par un choix esthétique mais par une nécessité "utile" non évoquée dans l’article. En effet si les pierres ont peu bougé un nombre significatif s’est délité (en feuillets) ce qui laisse supposer que ce phénomène fréquent (pierres gélives) était connu par notre artisan (observation de l’environnement) et l’a incité à placer ses dalles sur chant afin d’éviter au mieux l’exposition à la pluie et à la rétention d’eau très dommageables à ce genre de texture de pierre ; de telles dalles placées horizontalement auraient gelé rapidement d’abord par le haut ensuite par strates ; la résistance du mur diminuant à chaque strate attaquée aurait transformé le mur en un "cairou " (tas de pierres) se transformant petit à petit en "castine"…Le même pourcentage de pierres non gélives dans un mur à strates horizontales n’aurait pas le pouvoir structurant du mur en pierres sur chant comme notre mur car il est à nous maintenant.

    Les murs écroulés ont aussi leur charme parés de mousses, lichens, sédums et polypode commun.

    Répondre à ce message