68% entre 1970 et 2000.

En France, un recul impressionnant : la surface des zones agricoles à haute valeur naturelle a diminué fortement.

Démonstration dans le Courrier de l’Environnement de l’INRA.

Mardi 4 janvier 2011, par Jean-Pierre Jacob // 901. Agriculture.

Tout est parti de la comparaison de deux cartes dans un article du n° 59 du Courrier de l’Environnement de l’INRA, reçu récemment.

Les systémes agricoles à haute valeur naturelle en France métropolitaine

par Philippe Pointereau, Frédéric Coulon, Frédéric Jiguet, Aggeliki Doxa, Maria Luisa Paracchini, Jean-Michel Terres)

En abordant cet article, dont on peut aussi prendre connaissance en le téléchargeant sur le site de Solagro où Philippe Pointereau est responsable du Pôle Agriculture

je suis tombé en arrêt devant les cartes de la page 10

La carte du haut est celle des zones agricoles à haute valeur naturelle-HVN- en 2000

Celle plus basse est celle des zones agricoles à haute valeur naturelle-HVN- en 1970 (sur la base des critères qui en 2000 classent 25% de la Surface Agricole Utile -SAU- en HVN

3 teintes de coloration pour les deux cartes

- les zones à haute valeur naturelle -hVN- sont colorées en gris sombre

- les communes non HVN sont en gris clair

- les communes sans siège de ferme sont en blanc

De quoi s’agit-il ?

Repartir à cette page de Solagro

On y fait connaissance avec la notion de systéme agricole à Haute Valeur Naturelle

et la proposition d’une méthode affinée pour caractériser, en France, les systèmes agricoles HVN.

Cette méthode exposée dans l’article du Courrier est basée sur la pondération de trois indicateurs :

diversité d’assolement,

extensivité des pratiques,

densité des éléments paysagers.

Cette étude

met en évidence un recul impressionnant de 14,4 millions d’hectares en trente ans des zones agricoles à haute valeur naturelle

montre que là où l’intensification a été freinée pour des raisons physiques (montagnes, zones humides…) le territoire conserve une haute valeur naturelle

remarque par ailleurs que le revenu par exploitation est en moyenne plus faible en zone HVN que dans le reste de la France.

Sur la page de Solagro figure aussi une carte de France 2010 de la surface HVN ( plus détaillée par l’emploi de couleur).

Remarques personnelles :

Même à cette échelle réduite, en s’aidant des limites des régions, on s’aperçoit que le Lot conserve une surface de zone agricole HVN importante ; ce n’est pas la même situation dans le Lot-et-Garonne et le Tarn-et-Garonne. Chez nous, Causses et Ségala freinent l’intensification pour des raisons physiques. Cependant le Sud du département est en surface non HVN.