Coups de fusils trop faciles sur oiseaux migrateurs en difficultés

La Picardie, ce n’est pas le Lot...

Il gèle...

Vendredi 24 décembre 2010, par Jean-Pierre Jacob // 910. Nature ailleurs : découverte, gestion, protection

Un message du Président de Picardie Nature : le 23 Décembre 2010

….je suis en contact régulier avec des réseaux d’ornithologues, qui nous transmettent des informations régulières sur les mouvements d’oiseaux arrivants de Hollande et de Belgique :

100 000 oies passant à De Han (Belgique) le 20 décembre dans le Pas de Calais : 4500 bernaches nonnettes, 4200 oies rieuses (1600 en 3 heures à Bray dunes), 11 000 canards siffleurs

hier, sur la côte picarde 500 oies rieuses, dépassant le chiffre de 440 observé en 1997…

Amiens, le 23 décembre 2010

COMMUNIQUE DE PRESSE

PICARDIE NATURE demande la suspension de la chasse aux oiseaux migrateurs pour cause de gel prolongé

La France occupe en Europe une situation privilégiée pour l’avifaune migratrice. Situé sur la façade ouest de l’Europe, notre pays constitue une zone de repli importante pour les populations d’oiseaux d’eau du nord et de l’est. Nous assistons depuis quelques jours à des mouvements très importants d’oies et de canards depuis la Hollande et la Belgique vers le Nord de la France.

Un sérieux coup de froid, exceptionnel à cette période de l’année par son intensité et sa durée sévit dans une grande moitié nord de la France depuis 3 semaines. Les plans d’eau n’ont quasiment pas dégelé depuis le 30 novembre La neige recouvre le sol depuis une semaine en Picardie. Ne trouvant plus leur nourriture, les oiseaux sont contraints de puiser dans leurs réserves et les dérangements incessants provoquent de multiples envols, très coûteux en énergie qui font empirer leur état physiologique.

Les limicoles (bécasses, pluviers, vanneaux) et les turdidés (grives et merles) sont incapables d’accéder à tout ou partie de leurs ressources alimentaires.

Les oiseaux d’eau se réfugient massivement sur les zones encore libres de glace (cours d’eau principalement) mais aussi dans les secteurs entretenus à cette fin juste devant les huttes de chasse où leur concentration les rend particulièrement vulnérables et favorise leur destruction.

Depuis 3 semaines l’observation des mouvements d’oiseaux d’eau et les tableaux de chasse décrits sur les sites internet dédiés aux chasseurs montrent à l’évidence des passages importants et une pression de chasse accrue. Ainsi, le 1er décembre, certaines huttes avaient atteint le tir maximal de 25 canards par nuit en quelques heures seulement.

Sur le terrain, plusieurs ornithologues du Nord-pas de Calais et de Picardie ont constaté :

la présence d’espèces indicatrices de vague de froid : cygne chanteur, Harle bièvre, Harle Piette, Bernache Nonnette

Des mouvements et la présence d’espèces en nombre inhabituel : plusieurs milliers d’oies cendrées et rieuses, plusieurs milliers de canards siffleurs, plusieurs centaines de Courlis cendré et de Bécassines sur l’ouest du département de la Somme.

Les prévisions météorologiques annoncent un nouveau coup de froid à partir de vendredi soir puis des températures négatives nocturnes inférieures à moins 5 degrés pendant 4 jours.

Ces éléments relatifs au mouvements d’oiseaux et aux prévisions météorologiques correspondent à ceux précisés dans la procédure nationale « gel prolongé » établie en juin 2010 par l’ONCFS et qui a fait l’objet d’une circulaire ministérielle adressée aux préfets le 30 novembre 2010.

En conséquence, PICARDIE NATURE demande la suspension de la chasse dès vendredi 24 décembre à midi, pour le gibier d’eau, limicoles terrestres et turdidés pendant une période de 10 jours renouvelable en application de l’article R.424-3 du Code de l’environnement qui prévoit qu’ « en cas de calamité, incendie, inondation, gel prolongé, susceptible de provoquer ou de favoriser la destruction du gibier, le préfet peut, pour tout ou partie du département, suspendre l’exercice de la chasse soit à tout gibier, soit à certaines espèces de gibier. La suspension s’étend sur une période de dix jours maximum et renouvelable. L’arrêté du préfet fixe les dates et heures auxquelles entre en vigueur et prend fin la période de suspension. ».

Depuis 3 semaines, PICARDIE NATURE demande au Préfet de la Somme la mise en place du dispositif départemental de concertation prévu dans la circulaire ministérielle pour éviter les « couacs » rencontrés lors de la précédente saison. L’association avait en effet été contrainte de saisir la CADA (commission nationale d’accès aux documents administratifs) pour obtenir des préfets les avis des brigades de l’ONCFS et des fédérations de chasse.

PICARDIE NATURE dénonce l’absence de transparence et de concertation qui semble prévaloir depuis plusieurs années.

L’association réclame l’instauration d’un protocole de suivi local, tripartite (ONCFS, chasseurs, association de protection de la nature) incluant notamment plusieurs sites de référence (un seul actuellement pour l’ensemble du département).

Si la chasse aux oiseaux migrateurs n’est pas suspendue, PICARDIE NATURE invite tous les picards respectueux de la nature à aller observer le comportement des oiseaux d’eau et constater les activités de chasse dans les zones humides, en particulier en baie de Somme et dans le marais du Hâble d’Ault (de jour comme de nuit) et à lui transmettre.

Patrick THIERY Président de PICARDIE NATURE

Contact : 06.19.07.94.02

Picardie Nature demande de prévenir les autorités compétentes, c’est à dire :

M. le Préfet de la Somme cabinet du Préfet préfecture 51 rue de la république 80020 AMIENS cedex9

mail : pref-secretariat-directeurcabinet@somme.gouv.fr

M. le préfet de l’Oise cabinet du Préfet 1 place de la préfecture 60022 beauvais

mail : prefecture@oise.gouv.fr

M. le Préfet de l’Aisne Cabinet du Préfet 2 rue Paul Doumer 02010 LAON cedex

M. Paul GERARD DDTM de la Somme 1Bd du Port BP2612 80026 AMIENS CEDEX 1

Mail : DDTM-80@equipement-agriculture.gouv.fr

M. Philippe GUILLARD DDT de l’Oise 2 Boulevard Amyot d’Inville BP 20317 60021 BEAUVAIS cedex

M. Jean-Louis ROUSSEL DDT de l’Aisne 50 Boulevard de Lyon 02011 LAON cedex

mail : ddt@aisne.gouv.fr

et vous pouvez utiliser tel que ce modéle de lettre à télécharger

Word - 24.5 ko
Modéle lettre préfet

P.-S.

Sur les côtes de la Mer du Nord, un exemple récent de braconnage avec intervention de l’O.N.C.F.S., cité dans le blog "les fous du cap".

Et entre Dunkerque et Calais près de la réserve du Platier d’Oye, un court reportage de la télévision régionale sur le sujet

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • La Picardie, ce n’est pas le Lot... 25 décembre 2010 16:54, par Jean-Jacques Lacroix

    Merci jean-pierre pour cet article très instructif et effectivement la Picardie n’est pas le Lot.

    Par ailleurs je ne comprends toujours pas que l’on puisse chasser de nuit (cela me parait encore plus dangereux…) car comme "La Hulotte" je me demande comment font les chasseurs pour distinguer avec sûreté un oiseau protégé d’un autre ?

    Merci aussi pour la communication des liens sans laquelle je n’aurais jamais visité ces sites ; et plus particulièrement celui des piégeurs "un piégeur braconnier ? " qui parle d’un article désastreux pour leur spécialité et dont l’argument : "évitons de voir et laisser paraître de tels articles" me laisse perplexe !

    Amitiés jjL

    Répondre à ce message

    • La Picardie, ce n’est pas le Lot... 25 décembre 2010 18:59, par Jean-Pierre Jacob

      Pour échanger souvent avec le président des piègeurs du Lot, je ne suis pas étonné de sa présentation sur le site de l’APIL de cet article que j’avais lu quelque temps auparavant.

      Que nous le voulions ou non, les naturalistes, nous vivons dans le même pays que les chasseurs ; la CDCFS est un endroit où nous pouvons nous rencontrer et dialoguer sur la gestion du gibier dans le cadre des lois. Pour les piégeurs, on ne peut pas discuter du caractère social de leur action, en particulier pour des espèces envahissantes comme le ragondin qui posent des problémes

      Pour faciliter ces échanges au niveau du Lot, les adhérents de Lot Nature, en principe lecteurs du site se doivent d’être correctement informés sur les problémes rééls posés dans le département, mais aussi sur le territoire national et européen. D’où les sites et les articles qui sont publiés sur le site Lot nature pour permettre la réflexion de chacun et faciliter ses choix.

      Et puis si la loi n’est pas respectée pour diverses raisons , nous avons la possibilité de la faire rappeler par le juge.

      Pour la liste des nuisibles cette année, nous, naturalistes et piégeurs, avons eu le temps de la discuter en présence de l’ONCFS , pour permettre à l’administration d’être informée avant de décider.

      Ceci dit, cela ne m’empêche pas de lire mon journal pour m’instruire aussi et aussi sourire…

      Répondre à ce message