IMERYS veut s’étendre à tout prix, rapidement.

La "mission Frau" doit débarquer le 28 Juin

Dimanche 26 juin 2016, par Lot Nature // 1. Problèmes de carrières dans le Lot : extension, ouverture etc..

ACTUALITES RECENTES SUR LE SITE DE L’ APSMB (02/05/2016)- MISSION INTERMINISTÉRIELLE D’EXPERTISE

Madame Catherine FERRIER, préfète du Lot, nous a informé du lancement, à sa demande, par les ministres de l’environnement, de l’énergie et de la mer, de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt et de l’économie, de l’industrie et du numérique d’une mission interministérielle d’expertise relative aux enjeux écologiques et économiques du projet d’extension d’une carrière de quartz sur une partie des vergers à graines de la commune de Lavercantière

…à suivre !

Je viens de lire l’annonce par le Lot en action de la venue de cette mission interministérielle le 28 Juin 2016

Je voudrais insister sur l’importance de la destruction irrémédiable d’une partie originale et précieuse de l’environnement vivant du Lot par IMERYS .

Sur Arte ce Samedi et ce Dimanche je viens de voir et revoir le documentaire Papouasie, expédition au coeur d’un monde perdu

J’ai noté chez les chercheurs, et les habitants chasseurs-cueilleurs des régions explorées l’admiration et les émotions particulières devant les animaux et les plantes rencontrées : personnellement, et plus modestement, j’ai retrouvé tout ce que j’avais ressenti, il y a des années lors de ma première visite du Frau de Lavercantière et de ses environs : il faisait très chaud, j’avais les pieds nus dans une eau tiède caressante où poussaient des plantes naines bien différentes de ce que j’avais pu observer sur les pelouses rases des Causses, et je découvrais la présence des plantes carnivores, les deux Drosera, et de Rhynchospora alba, etc comme dans certaines tourbières du Massif Central ou des Pyrénées où j’avais déjà herborisé, jambes et pieds nus dans les coussins de Sphaignes.

Je conseille respectueusement à Madame la Préfète de se déchausser pour vivre la même expérience et considérer alors d’un autre oeil l’attitude de ces élus lotois qui trahissent leurs racines et des experts favorables au déménagement de ces galets de quartz qui sont arrivés depuis des millénaires dans ce petit coin du Frau.

L’octogénaire que je suis devenu a déjà éprouvé, avec les naturalistes des années soixante ce genre d’émotions, entre Calais et Dunkerque où des usines éphémères se sont bâties sur des rivages riches en nature, oiseaux , animaux marins pour installer la bétonisation, la destruction des sols, la pollution chimique, etc…

Pour le Lot, ne pas oublier de suivre quotidiennement l’actualité de l’APSMB - Le FRAU