Vous êtes ici: Accueil * Oiseaux du Lot Photos d’Oiseau Mystère > Photos réponse 22-2
Photos réponse 22-2
dimanche 14 février 2010, par Daniel Pareuil
Vers le forum attaché Version imprimable de cet article Version imprimable Crear un PDF Enregistrer en PDF  Envoyer par email

Au premier coup d’œil, cet oiseau semble être un palmipède, pourtant nous ne voyons pas ses pattes palmées. Comme il se trouve sur l’eau, il est vraisemblable qu’il soit pourvu d’un tel équipement pour se déplacer.

Son allure ramassée, laisse supposer un canard, les oies et les bernaches étant plus élancées.

Il nous faut alors consulter le guide, si nous n’avons pas en tête le « jizz » des différents canards.

Mais auparavant, je vous invite à détailler la photo de l’oiseau mystère 22-1.

L’oiseau est sur l’eau, donc nous ne voyons pas ni les parties inférieures du plumage, ni les pattes, car elles sont immergées.

Nous pouvons nous rendre compte, que notre canard est assez haut sur l’eau, sa queue ne vient pas au contact de celle-ci comme chez les canards plongeurs*, que sont les fuligules, eiders, macreuses, garrots, harles…

Notre oiseau serait à placer dans la catégorie des canards de surface*.

Examinons-le. Celui-ci est de dos. Nous remarquons, une queue et des couvertures sous-caudales** noires encadrées de larges bandes blanches. Le cou et la tête sont brun roux. Le reste des parties supérieures du plumage est gris, avec quelques plumes ayant une terminaison noire bordée finement de blanc.

Si nous regardons avec attention le dessus de la tête, nous apercevons, l’amorce d’une bande jaune paille. Faisons de même avec les ailes pliées : sur le flanc gauche une petite tache blanche apparaît.

Feuilletons le guide, au niveau des canards de surfaces, et cherchons : qui a la queue et les sous-caudales noires encadrées de blanc ? Nous relevons : les mâles de Canards Pilet Anas acuta, souchet Anas clypeata, siffleur Anas penelope et à front blanc Anas americana.

A noter :

Que le mâle de Canard pilet en plumage nuptial, donc lorsque la queue et les sous-caudales sont noires encadrées de blanc, possède alors une longue queue, qui n’est pas visible sur la photo de l’oiseau mystère 21-1.

Que la queue du mâle de Canard souchet en plumage nuptial est bordée de blanc.

Il faut également comme condition, que le plumage des parties supérieures soit gris.

Ce n’est pas le cas des mâles de Canards souchet et à front blanc.

Nous aurions pu arriver au résultat plus rapidement, en posant la question : qui a le cou et la tête rousse ?

Nous aurions trouvé : Canard siffleur, les autres, Fuligules milouin Aythya ferina, nyroca Aythia nyroca … sont des canards plongeurs.

L’oiseau mystère 21-1 est un mâle de Canard siffleur Anas penelope en plumage nuptial.

La bande jaune paille de la tête et la tache blanche du flanc (plus visible de profil) sont des caractéristiques du plumage nuptial du Canard siffleur.

Base de loisirs de Vayrac (46), le 12/01/2010, Daniel Pareuil.

A noter :

Le petit bec gris métal avec un onglet noir, caractéristique de l’espèce en tout plumage. Le « jizz » qui rappelle un canard de baignoire (celui des enfants !), soit un canard de taille moyenne avec une tête bien ronde.

Ce canard siffle joliment bien, ce qui lui vaut son nom. C’est un herbivore, Il aime les prairies humides où il peut « brouter » les graminées, son petit bec est l’outil idéal pour cela.

Dans l’eau, il consomme la végétation aquatique telle : algues, lentilles, renouées…Pour broyer les aliments, il ramasse des graviers et des plombs de chasse. L’ingestion de ces derniers entraîne la mort, via le saturnisme, d’où la nécessité d’interdire l’usage de la grenaille de plomb pour les munitions de chasse.

La loi existe, et espérons qu’elle est appliquée !

De part son alimentation, le Canard siffleur, fait néanmoins parti des espèces les moins touchées par le saturnisme.

La zone de nidification comprend : Ecosse, Islande, Scandinavie, Russie à Sibérie orientale. En France elle est occasionnelle.

C’est donc un oiseau migrateur, que nous connaissons mieux en France comme hivernant.

Du fait de son comportement grégaire en hivernage, nous pouvons observer des groupes dans les marais ou prairies humides et en bord de mer dans les baies et estuaires.

Au bord de mer, il puise ses ressources alimentaires, sur les mêmes sites que la Bernache Cravant Branta bernicla.

Dans le département du Lot, nous avons peu d’endroit pour l’accueillir. Son stationnement cet hiver, à la base de loisirs de Vayrac, signalé par Johan Mossé est en quelque sorte exceptionnel. Le petit groupe, allait pâturer dans l’îlot de Metzel confirmant ses habitudes alimentaires.

Revenons à son identification.

Pour l’espèce, il y a dimorphisme sexuel. Le plumage de la femelle doit lui permette de passer inaperçue ou presque lors de la nidification, il est moins voyant.

Arrière port de Zeebruge (Dudzele) (Belgique), le 20/12/2004, Daniel Pareuil.

Noter l’absence de tache blanche en bord d’aile repliée, cela permet de différencier les femelles des mâles en plumage d’éclipse.

Les mâles de Canard siffleur, lors de la mue post-nuptiale, de juillet à septembre, acquièrent un plumage dit d’éclipse très proche de celui des femelles.

Réserve du Platier d’Oye (Oye-Plage) (62), le 31/12/2007, Daniel Pareuil.

Mâle et femelle en plumage nuptial pâturant. Chez les canards de surface, les couples sont formés dès l’hiver, voir à l’automne.

Bord de Loire, levée de « Les Roberts » à « Les Grandes Levées » (La Chapelle-aux-Naux, Villandry) (37), le 29/09/2009, Daniel Pareuil.

Le plumage du mâle en éclipse est plus foncé et la tache blanche en bord d’aile est toujours présente.

Bord de Loire, levée de « Les Roberts » à « Les Grandes Levées » (La Chapelle-aux-Naux, Villandry) (37), le 29/09/2009, Daniel Pareuil.

Pour le plaisir, à bientôt.

* Canards de surface et canards plongeurs : ces deux groupes se distinguent par des mœurs et habitudes alimentaires différentes.

Les premiers, nagent, barbottent et se nourrissent de végétaux et de leurs graines. Ils ne plongent pas, seulement, quelques fois pour le bain par exemple. A noter que les cannetons plongent.

Les seconds, nagent, plongent et se nourrissent de coquillages, vers marins, graines, végétaux, petits poissons… La durée de la plongée, varie suivant les espèces, elle est de l’ordre de 20 à 30 secondes, les profondeurs atteintes sont de l’ordre de 5 mètres, parfois plus.

Au point de vue anatomique, ils sont différents, le corps est plus allongé, le squelette est moins pneumatisé, l’œil est adapté à la plongée.

** Sous-caudales : plumes de couverture sous la queue.

Bibliographie :

Les Palmipèdes d’Europe de Paul Géroudet.

Camargue Canards et Foulques de AlainTamisier et Olivier Dehorter.

Le Guide ornitho de Lars Svensson, Killian Mullarney, Dan Zetterström, Peter J. Grant.

5 Messages de forum
  • > > Photos réponse 22-2 / 14 février 2010 19:48 / par Jean Pierre Jacob

    Le 5 Février à 10heures , j’écrivais à Daniel :

    Je viens de mettre la photo 22-1. J’ai essayé de trouver la réponse de suite en consultant mon guide et le site Oiseaux net et je pense qu’il s’agit d’un mâle de canard siffleur Anas pénélope.

    La tête rousse (la bande jaune frontale n’est pas visible ; on devine cependant une légére esquisse de la couleur qui se dissipe ) ; la face inférieure est grise . Vue de l’arrière la tache blanche de l’aile est invisible.

    Je ne développe pas tout de suite. . J’ai un avantage certain à voir la photo le premier. Il vaut mieux laisser les autres s’exprimer

    Alors…. les autres ???

    Répondre à ce message

    • > > > > Photos réponse 22-2 / 15 février 2010 21:04 / par Daniel Pareuil
      Bonne analyse, Jean-Pierre, au prochain oiseau mystère.

      Répondre à ce message

    • > > > > Photos réponse 22-2 / 15 février 2010 23:08 / par Jean-Jacques Lacroix

      Bien occupés sans doute les autres !

      Un si beau canard à trois (à vol d’oiseau bien sur) kilomètres de chez moi je n’y aurais jamais pensé sans ce bel (encore) article !Je vais aller,sans bruit,y faire un tour ! jjL

      Répondre à ce message

      • > > > > > > Photos réponse 22-2 / 16 février 2010 22:52 / par Daniel Pareuil
        Peut-être sont-ils partis, mais tu ne risque rien d’aller voir, Jean-Jacques. Un couple de martins pêcheurs circule fréquemment devant le parking, bonne chance !

        Répondre à ce message

        • > > > > > > > > > > Photos réponse 22-2 / 16 février 2010 23:19 / par Jean-Jacques Lacroix
          Vus et observés les martins pêcheurs sous le parking et sous mon jardin,il y a un petit mois !Ils sont là toute l’année mais c’est l’hiver que je les voie le plus facilement car en saison les touristes dérangent… à l’évidence !jjL

          Répondre à ce message

Rubriques
+ artícles de...